Moodle

You are not logged in. (Login)

Skip Main MenuSkip Paiement - Scolarité

Paiement - Scolarité

A l'attention de tous les étudiants
Pour le paiement de vos frais de scolarité, seuls les deux modes de paiement suivants seront désormais acceptés et pris en compte :

Le paiement "en main propre" au siège de l'ESMI à Ouagadougou (Secteur 15)

Le paiement par virement dans l'un des comptes bancaires suivants de l'ESMI (Dans ce cas n'oubliez pas de scanner le reçu et de nous l'envoyer par mail à l'adresse baptistesed@yahoo.fr) :

N° Compte BOA : 01420670008

N° Compte ECOBANK : 0001321729454301
Skip Online Users

Online Users

(last 5 minutes)
None
Skip Calendar

Calendar

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 Today Friday, 31 October 31  
Skip Recent ActivitySkip Actualités - Le Monde

Actualités - Le Monde

France 24

CFADESMI
Bienvenue dans la famille des étudiants du CFADESMI de l’Ecole Supérieure de Microfinance Internationale à Ouagadougou (BURKINA FASO).

Merci d'avoir fait confiance à notre institution! Pour sûr, votre choix sera récompensé.

Course categories

TRONC COMMUN L112
TRONC COMMUN L214
TRONC COMMUN L315
TRONC COMMUN M15
TRONC COMMUN M26
BANQUE-MICROFINANCE

Banque et Microfinance - L15

Banque et Microfinance - L28

Banque et Microfinance - L38

Microfinance - M19

Microfinance - M29
COMMUNICATION D'ENTREPRISE

Communication d'entreprise L13

Communication d'entreprise L25

Communication d'entreprise L3

Communication d'entreprise M1

Communication d'entreprise M2
FINANCES-COMPTABILITE

Finances et comptabilité -L16

Finances et comptabilité - L26

Sciences et Technique Comptable - L39

Comptabilité - Contrôle et Audit M112

Comptabilité - Contrôle et Audit M214
MANAGEMENT DES PROJETS1

Management des projets L39

Management des projets M111

Management des projets M211
GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

Gestion des ressources humaines L16

Gestion des ressources humaines L29

Gestion des ressources humaines L39

Gestion des ressources humaines M111

Gestion des ressources humaines M212
MARKETING ET GESTION COMMERCIALE

Marketing et gestion commerciale - L19

Marketing et gestion commerciale - L29

Marketing & Communication - L38

Marketing & communication - M19

Marketing & communication - M211
MINES-CARRIERES

Mines et carrières - L18

Mines et carrières - L27

Mines et carrières - L38
SECRETARIAT DE DIRECTION BUREAUTIQUE

Sécretariat de direction bureautique L18

Sécretariat de direction bureautique L28

Assistant (e) de direction bilingue L318
SYSTEME D’INFORMATION INFORMATISE ET RESEAUX

Système d'information informatisé et réseau L114

Système d'information informatisé et réseau L214

Système d'information informatisé et réseau L312

Système d'information informatisé et réseau M1
TRANSPORT-LOGISTIQUE

Transport et logistique - L18

Transport et logistique - L213

Gestion logistique et transport - L38

Transport et logistique - M17

Transport et logistique - M28
COURS POUR LES AUDITEURS LIBRES10
COURS ARCHIVES6

L127

L217

L329

M138

M225

Drapeau

L' Ecole Supérieure de Microfinance a été créée pour VOUS, TRAVAILLEURS DU SECTEUR PUBLIC, PRIVÉ ET INFORMEL. Visitez-nous et inscrivez-vous! Vous êtes les bienvenus!

Cécile Ki
Promotrice de l'ESMi
Skip LoginSkip Upcoming Events

Upcoming Events

There are no upcoming events
Skip Activities

Activities

Skip Actualités - Autour du Burkina Faso

Actualités - Autour du Burkina Faso

  • Le président Compaoré a annoncé, vendredi 31 octobre 2014, qu'il quittait le pouvoir après 27 ans de règne à la tête du Burkina Faso. La présidence française « salue » sa démission, « qui permet de trouver une issue à la crise » et appelle à « la tenue rapide d'élections démocratiques ». L'Union européenne considère qu'il revient « au peuple burkinabè de décider de son avenir ».


  • Au Burkina Faso, Blaise Compaoré a annoncé sa démission et semble avoir quitté le pays en début d’après-midi. Le chef d’état-major des armées, Honoré Traoré, a annoncé vendredi en début d’après-midi assumer désormais les fonctions de chef de l’Etat. Florent Geel est responsable du bureau Afrique de Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). Il est l'invité de RFI à la mi-journée.


  • Après les violentes manifestations de jeudi, le président Blaise Compaoré a dissous le gouvernement mais refuse de démissionner. La journée de vendredi s'annonce une nouvelle fois tendue : des manifestants, décidés à en finir avec le pouvoir en place, ont commencé à se rassembler à Ouagadougou. Difficile de dire quelle sera la situation au Burkina à l'issue de ce vendredi 31 octobre.


  • À la fin de la journée du 30 octobre, la ville de Ouagadougou retrouvait un peu de calme, après des heures de violences et de saccages. Le bilan humain est d’autant plus difficile à chiffrer que des émeutes ont eu lieu dans tout le pays. Une certaine confusion régnait dans la soirée, après l'annonce de la dissolution du gouvernement, et de l'Assemblée nationale, la déclaration du président qui affirme qu'il ne démissionnera pas, et l'armée qui annonce une « transition ».


  • C’est aujourd’hui que le projet de loi portant révision de l’article 37 de notre Constitution est examiné par les députés. La population est invitée à assister à la plénière en vertu de l’article 63 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. C’est ce que rappelle ce communiqué que le chef de file de l’opposition a fait parvenir à notre Rédaction hier 29 octobre 2014. Vous lirez également une proposition de vote à l’attention du président de l’AN.


  • C’est une semaine décidément bien mouvementée que vivent les Burkinabè, où les manifestations populaires se suivent et se télescopent. En effet, après la mobilisation inédite de l’opposition politique le 28 octobre à travers le pays, c’était au tour de la Coalition contre la vie chère (CCVC) de sonner le rassemblement pour «une éducation populaire pour les enfants du peuple» et contre la vie chère.


  • Mardi dernier, après la manifestation officielle du CFOP, des croquants, sous la coordination du Balai citoyen, avaient décidé dans un premier temps de faire le siège du rond-point des Nations unies. Mais la confrontation avec les éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) les a contraints à replier à la place de la Nation. De là également, à défaut d’autorisation pour occuper les lieux au-delà de 18h, ils ont dû se retirer, toujours sous la pression des forces de l’ordre.